Hausse des températures : le changement climatique en question

Le changement climatique est l’une des questions scientifiques les plus âprement débattues de ces 20 dernières années. Bien qu’un nombre croissant de personnes qui nient l’existence du réchauffement planétaire continuent d’affirmer que le changement climatique ne constitue pas une menace, la communauté scientifique mondiale s’accorde à dire que notre planète connaît des changements importants et très problématiques. Les experts considèrent que l’élévation du niveau des mers, les températures record dans le monde entier, la baisse de la qualité de l’air et les régimes climatiques irréguliers sont autant de manifestations du changement climatique. Aujourd’hui, les médecins, les infirmières et les autres membres du personnel médical attirent l’attention sur les effets négatifs sur la santé humaine d’un environnement de plus en plus chaud et de plus en plus pollué.

L’augmentation de la température : une réalité avérée

pays chaud

Ces dernières années, les scientifiques ont constaté une augmentation rapide des températures moyennes. Selon un rapport du National Resources Defense Council (NRDC) intitulé “Killer Summer Heat”, la température moyenne de certains pays pourrait augmenter de 6°C d’ici la fin du 21e siècle. Les risques pour la santé publique sont plus importants lorsque des températures élevées se mélangent à d’autres conditions météorologiques pour provoquer ce que l’on appelle un “épisode de chaleur excessive“, ou EHE”, indique le rapport. Les jours d’EHE se produisent lorsque la température, la température du point de rosée, la couverture nuageuse, la vitesse du vent et la pression atmosphérique de surface créent des conditions suffisamment dangereuses pour provoquer des décès liés à la chaleur.

hausse des temperatures

Données via le NCDC. Selon quatre grandes agences mondiales de surveillance météorologique et atmosphérique, les températures ont progressivement augmenté au cours des 30 dernières années ; les années 2000 ont été officiellement déclarées la décennie la plus chaude de l’histoire.

La plupart des experts du changement climatique s’accordent à dire que les gaz à effet de serre – qui piègent la chaleur et l’empêchent de quitter l’atmosphère terrestre – sont les principaux responsables de la hausse des températures. Même en mettant l’accent sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale, les températures continuent de grimper. Un article paru dans Science Daily a récemment noté qu’en mars 2012 seulement, plus de 15 000 records de température en une seule journée ont été battus aux États-Unis.

La hausse des températures et les conséquences sanitaires et sociales

effets de la chaleur

Les précédentes EHE (comme la vague de chaleur massive qui a frappé le sud de la Californie en 2006) ont chacune été responsables de milliers de morts et de malades; aujourd’hui, le NRDC prévoit que jusqu’à 150 000 Américains mourront à cause du changement climatique d’ici l’an 2100 (les effets dans les zones tempérées Européennes seront similaires). Les Centers for Disease Control (CDC) notent que les personnes âgées, les nourrissons et les malades chroniques sont considérés comme les plus vulnérables aux décès liés à la chaleur (comme lors de la canicule de 2003 en France).

Les causes les plus courantes de décès liés à la hausse des températures sont les suivantes :

L’épuisement dû à la chaleur

Selon la Clinique Mayo, l’épuisement par la chaleur se caractérise par une transpiration abondante et un pouls rapide ; ces deux symptômes indiquent essentiellement que le corps surchauffe. D’autres signes d’épuisement par la chaleur sont les vertiges, l’hypotension artérielle et les crampes musculaires. Les personnes qui soupçonnent un épuisement dû à la chaleur doivent immédiatement arrêter tout ce qu’elles font, se retirer dans un endroit relativement frais et consommer de l’eau fraîche ou des boissons pour sportifs remplies d’électrolytes.

Le Coup de chaleur

Le coup de chaleur peut être qualifié d'”épuisement par la chaleur avancé” ; la clinique Mayo note que les personnes chez qui on diagnostique un coup de chaleur ont généralement une température supérieure à 40° Celcius. En plus de la température extérieure, les symptômes du coup de chaleur peuvent être exacerbés par des médicaments sur ordonnance, des conditions médicales préexistantes, une humidité élevée et même la consommation d’alcool par une journée chaude. Contrairement à l’épuisement dû à la chaleur, le coup de chaleur exige une attention médicale ; un coup de chaleur non traité peut avoir des effets négatifs sur le cerveau, le cœur, les reins et les muscles.

Les maladies cardiovasculaires

Selon l’Institut national des sciences de la santé environnementale, la chaleur extrême (ainsi que le froid extrême) a été associée à un taux d’incidence plus élevé de maladies et d’affections cardiovasculaires, telles que les accidents vasculaires cérébraux et la dysrythmie. Les maladies cardiovasculaires sont déjà la condition médicale la plus mortelle aux États-Unis, et les accidents vasculaires cérébraux sont la troisième cause de décès dans le pays.

Les maladies rénales

Une exposition prolongée à des températures excessivement élevées peut entraîner des problèmes rénaux majeurs, note le médecin de famille américain James L. Glazer, M.D. La rhabdomyolyse, une affection causée par des tissus endommagés, résulte souvent d’un coup de chaleur et a été liée à une maladie rénale à long terme. La capacité de l’organisme à réguler l’apport en eau peut également être affectée, ce qui peut entraîner des infections rénales et/ou vésicales.

Les allergies aggravées

Comme deux allergènes majeurs – le pollen et l’herbe – se propagent pendant les mois relativement chauds, l’EPA note que les saisons des allergies printanières se produisent plus tôt chaque année en raison de l’augmentation des températures.

En plus du bilan humain, il faut tenir compte d’un impact financier important. Killer Summer Heat” évoque une vague de chaleur qui a frappé la Californie en été 2006. Au cours des deux semaines de chaleur extrême, 655 personnes ont perdu la vie et plus de 16 000 personnes se sont rendues aux urgences ; la canicule a finalement entraîné des coûts avoisinant les 5,3 milliards de dollars. Le rapport note que jusqu’à 150 000 hommes, femmes et enfants pourraient mourir de causes liées à la chaleur d’ici 2100.

Plus d’informations sur ce sujet :

📞  Appel non surtaxé au 05 54 54 66 18