On l’a vu dans une précédente vidéo, espérer faire des économies sur sa facture d’énergie en recherchant le meilleur prix n’est ni très efficace, ni durable.
Pour réduire sa facture, une seule solution, donc : réduire sa consommation.
Mais une fois qu’on a dit ça, les questions fusent :  Quel est le potentiel réel d’économies ? Par où commencer ? Faut-il investir ? Si oui, dans quoi ? Faut-il envisager des travaux ? Si oui, lesquels ? De quoi être vite perdu(e) et découragé(e)…
On va essayer de répondre à toutes ces questions en plusieurs épisodes, en commençant par le sujet du pilotage énergétique…


Plus on est averti, moins on consomme…

Si on voit un robinet couler inutilement, on va spontanément le couper.
Mais le gaspillage d’électricité est souvent plus difficile à repérer, et à stopper…

Partant de ce constat, un groupe de recherche du CNRS a mené en 2012 une expérience durant plus d’un an sur une centaine de ménages français volontaires. Cette étude consistait à leur apporter des outils de suivi de leur consommation électrique et en mesurer les impacts.

Pour ce faire, l’équipe a constitué 3 groupes de familles :

  • Un premier groupe, disposant d’informations sur sa consommation électrique globale, en temps réel.
  • Un deuxième groupe, ayant accès à ces mêmes informations, avec un niveau plus fin par type d’appareils (chauffage, chauffe-eau, électroménager, …)
  • Un troisième groupe témoin, ne disposant d’aucune de ces informations.

Les résultats de l’étude ont montré une évolution à la baisse des consommations électriques pour les 3 groupes étudiés :

  • -22% pour le 1er groupe, disposant de l’information globale
  • -23% pour le 2ème groupe, disposant en plus de l’information par type d’appareil
  • plus étonnant, -13% pour le 3ème groupe témoin

Nous avons obtenu quelques compléments d’informations de la part de Nathalie Lazaric, qui a dirigé l’étude, afin de mieux interpréter ces résultats :

  • Premièrement, les groupes étudiés avaient globalement un niveau élevé de consommations énergétiques, ce qui a permis des économies d’énergie importantes. 
  • De plus, la commune où se déroulait l’étude est assez dynamique en termes de politiques environnementales et ses habitants ont une bonne inclinaison en faveur des nouvelles technologies. Cela s’est traduit par une forte implication des participants, et l’instauration d’un climat de confiance, qui ont aussi contribué  à l’atteinte de ces niveaux de réduction.
  • On peut s’étonner de la performance du groupe témoin, qui a réduit sa consommation sous l’effet d’une pression liée à la médiatisation de l’étude au niveau local, et du bouche à oreille, qui lui a permis d’identifier les bons comportements, malgré l’absence d’outil de pilotage. 
  • Il y a une faible différence d’impact entre les deux groupes informés, mais le groupe ayant eu accès au détail de ses consommations par appareil a aussi réussi à décaler ses consommations sur les tranches horaires les moins critiques pour le réseau électrique, à savoir les créneaux d’heures creuses (la nuit et en début d’après-midi). Ce dernier point témoigne à la fois d’une bonne compréhension des enjeux énergétiques, et de son appropriation encore plus poussée.
  • Enfin, cette réduction n’est pas liée à des travaux de rénovation ou des investissements importants (chauffage, …), mais uniquement à des changements de comportements.

On retiendra donc que réduire de 23% de sa consommation énergétique est possible grâce au pilotage, dans la mesure où deux facteurs clés sont réunis :

  • avoir accès à une information personnalisée, en temps réel, et la plus fine possible, permettant d’identifier les  sources de surconsommations.
  1. une réelle motivation à l’action, au-delà du seul accès à l’information.

Comment piloter ma consommation d’énergie ?

Première étape, gratuite !

Une source d’informations précieuse permet de suivre l’évolution de votre consommation dans le temps : l’espace utilisateur d’Enedis, le gestionnaire du réseau électrique français. Au passage, il existe le même suivi pour le gaz, sur le site du gestionnaire GRDF.
Enedis permet donc de visualiser l’évolution de votre consommation mois par mois, jour par jour, voire heure par heure, mais… pas en temps réel.

C’est tout de même une première étape importante dans le pilotage de votre consommation, car elle vous permet de :

  • connaître les ordres de grandeur de votre consommation globale.
  • comparer des données entre elles : été / hiver, ou d’un an sur l’autre
  • de mieux comprendre l’impact des événements sur l’évolution de votre consommation :
  • elle peut avoir augmenté, suite au remplacement d’une chaudière à gaz par une pompe à chaleur, après avoir été en télétravail ou en congé maternité, ou encore quand les enfants sont venus passer les vacances à la maison…
  • elle peut avoir diminué, après le départ d’un enfant du foyer, du fait d’un hiver plus clément, ou après avoir entrepris des travaux d’isolation…

A l’inverse, si vous avez en tête un événement susceptible d’avoir fait évoluer votre consommation, vous pouvez vérifier son impact réel dans votre historique. Et vous pourriez être surpris des résultats !

Voici quelques exemples pouvant causer des hausses de plusieurs centaines d’euros sur une facture, qu’un tel suivi permettrait d’éviter :

  • l’utilisation d’un chauffage d’appoint à bain d’huile, censé être très peu énergivore.
  • le maintien en marche d’une chaudière après l’hiver, malgré des radiateurs fermés.
  • le chauffage maintenu dans des pièces inutilisées…

Vous l’aurez compris, en très peu de temps et sans rien dépenser, vous pouvez déjà obtenir des informations très utiles et exploitables, et d’autant plus en les suivant régulièrement.

La seconde étape consiste à obtenir le même niveau d’infos que dans l’étude du CNRS, nous sommes donc partis en quête d’un outil performant et rentable !

Deuxième étape, un outil adapté

Nous avons retenu 3 critères pour la recherche de l’outil adapté :

  • fournir une information en temps réel de la consommation électrique du logement
  • proposer une répartition par type d’appareils
  • être accessible au plus grand nombre, à savoir aux particuliers, sans distinction de fournisseur d’énergie ou de type de compteur.

Un seul outil remplit ces 3 conditions actuellement : il s’agit du boîtier Ecojoko, proposé par une entreprise française du même nom.

Ce boîtier s’installe facilement en quelques minutes, il suffit de le brancher à une prise secteur et de l’installer à la vue de tous dans une pièce à vivre.
Il est relié en wifi à un capteur qui s’installe sur le tableau électrique, il n’est donc pas nécessaire d’avoir le compteur Linky pour l’utiliser.

Après l’installation, vous avez immédiatement accès à votre consommation en temps réel. L’application mobile d’Ecojoko vous permet ensuite d’historiser vos consommations pour suivre l’évolution par mois, semaine, jour, heure, et même par minute, ce qui permet de voir les pics de consommation.

Au bout de quelques jours, vous avez accès à la ventilation de votre consommation par grand poste : chauffage, chauffe-eau, cuisson, …

Cette information est disponible grâce à une technologie mise au point par l’entreprise, basée sur la reconnaissance de la signature électrique de chaque appareil.

L’application est assez ludique, elle propose des conseils personnalisés pour réduire la consommation de vos différents appareils, et vous indique les économies que vous réalisez dans le temps selon l’évolution de votre consommation .

Il vous est ainsi possible de reproduire les conditions d’accès à l’information dont disposait le groupe le mieux équipé de l’étude du CNRS !

Ce boîtier est disponible :

  • à l’achat, au prix de 199 €, tout de même
  • en location au mois pour 8 € / mois, avec un dépôt de garantie de 60 €

Bénéficiez de 10% de réduction sur l’achat du boîtier avec Je donne du sens

Faut-il investir dans le pilotage ?

On l’a vu dans l’étude du CNRS, l’accès aux données de consommations en temps réel et par type d’appareil est réellement efficace en termes de réductions. Mais l’outil ayant un coût important, la question de la rentabilisation se pose naturellement.

Investir sera-t-il rentable pour vous ?

Bon, déjà il faut voir d’où l’on part… Si vous vivez en ermite avec juste un néon, un réchaud à gaz et un petit frigo, peu d’intérêt pour vous !

Ecojoko communique sur une baisse de 18% en moyenne constatée sur ses clients, un chiffre sensiblement moins élevé que le résultat de l’étude du CNRS, mais qui reste tout de même très attractif.

C’est le moment de prendre la calculette :

  • Si vous louez le boîtier, il nous en coûtera 96 € pour 1 an. Pour rentabiliser l’investissement,  en tablant sur une baisse effective de 18%, il faudra donc générer au moins 100 € d’économies sur la même période, sachant qu’une partie de la facture est incompressible, du fait de l’abonnement. A partir de 60 € de mensualités d’électricité, soit 3 000 kWh/an, la location du boîtier sera rentabilisée si vous réalisez 18% de baisse de consommation grâce à lui.
  • Si vous achetez le boîtier, pour espérer le rentabiliser à la fin de la 1ère année, votre mensualité actuelle doit être d’au moins 100 €, soit 5 500 kWh/an.

Pour résumer, si vos mensualités d’électricité sont supérieures à 100 €, vous avez de bonnes chances de rentabiliser rapidement l’investissement, et surtout de réaliser des économies importantes et durables.

Les retours d’expérience sur Ecojoko

Au-delà du discours du constructeur, il est bien de se nourrir aussi des avis des clients, avant de sortir la carte bleue.

Un site d’avis indépendant nous donne une note de 3,4 sur 5, soit un score “moyen” sur un total de 25 avis, mais avec une majorité d’avis positifs

Les bons avis confirment la simplicité d’utilisation, son côté ludique, ainsi que son efficacité avérée après quelques mois d’utilisation.

Les avis négatifs mentionnent quant à eux 2 problèmes principaux :

  • des bugs techniques, soit à l’installation, soit à l’usage (des déconnexions inopinées ou des mesures biaisées).
  • un service client décevant. Mentionnons tout de même que ces avis sont concentrés sur la période des fêtes, on peut imaginer qu’il y ait eu une sursollicitation à ce moment-là…

Bref, du bon et du moins bon, le premier problème pouvant alimenter le second. Tout cela semble assez classique pour un produit technologique

Signalons au passage qu’il est possible de renvoyer le produit sous 30 jours en cas d’insatisfaction, ce qui constitue un bon filet de sécurité.

Pour ma part, j’ai acheté et installé ce boîtier il y a déjà plusieurs mois, et voici ce que je peux en dire :

  • Déjà, l’installation ne m’a posé aucun problème.
  • Je n’ai pas rencontré de bugs techniques et n’ai donc pas eu besoin du service client, difficile donc de me prononcer à ce sujet.
  • La mesure globale est assez fiable, sachant que je fais des relèves mensuelles sur le compteur pour vérifier. Un point important à ce sujet : la présence du boîtier dans la pièce à vivre est je pense un gros atout dans l’appropriation du sujet par toute la famille…
  • La ventilation par type d’appareil est parfois imprécise, l’algorithme permettant d’isoler les signatures électriques est donc perfectible. Pour ma part, passée la période de curiosité, je me sers finalement assez peu de cette fonctionnalité. Quand je veux connaître la consommation d’un appareil en particulier, j’utilise soit le boîtier en regardant la différence avant-après avoir mis l’appareil en marche, soit j’ai recours à l’historique, notamment pour suivre la consommation du chauffe-eau la nuit.
  • En toute transparence, nous n’avons pas tout le temps réduit notre consommation depuis l’acquisition de cet outil, certains mois ont été plombés par notre manque d’implication ou par des événements externes. Il a été en revanche très utile pour nous accompagner durablement dans le changement, car la tendance sur les derniers mois varie entre -17 et -27% par mois d’une année sur l’autre, incluant des périodes de chauffage, ce qui est très encourageant !

Réduire ma consommation… et après ?

6 mois après l’expérience menée par le CNRS, il a été constaté que l’effort diminuait au fur et à mesure sur les groupes étudiés…
Il me semble donc important d’insister sur un point : l’outil ne fera rien à votre place, l’acheter et le brancher ne suffira donc pas à réduire votre facture !
Tout dépendra donc de votre motivation, de l’appropriation par tous les occupants du logement, et surtout de votre assiduité dans le temps.

Les économies financières seront peut-être une motivation suffisante à court terme, de même que le côté ludique de l’outil, mais la sobriété énergétique est une course de fond, pas un sprint. Pour être durable, elle doit vous apporter du “mieux” et pas seulement du “moins”, c’est d’ailleurs ce qui rend le sujet passionnant, alors qu’il est généralement présenté de manière très austère…

Conclusion

Le pilotage de votre consommation est une première étape très importante pour vous permettre de reprendre le contrôle de votre énergie : pour savoir où l’on va, on doit savoir d’où l’on part…
Il est réaliste d’espérer réduire de 10%, 20%, voire plus votre consommation énergétique sans gros investissement, en opérant simplement des changements de comportements visant à limiter le gaspillage énergétique.
Cela passe par un meilleur suivi de votre consommation, idéalement en temps réel et par type d’appareil, afin d’en tirer le meilleur profit.
Cela passe aussi et surtout par une volonté partagée par toute la famille, et durable, alimentée par un mieux-être au quotidien, au-delà des seules considérations économiques.

Sources