Sélectionner une page

Quelle transition énergétique possible ?

La transition énergétique, c’est quoi ?

La transition énergétique est une voie vers la transformation du secteur mondial de l’énergie, qui passera des énergies fossiles aux énergies sans carbone d’ici la seconde moitié de ce siècle. Au cœur de cette transition se trouve la nécessité de réduire les émissions de CO2 liées à l’énergie afin de limiter le changement climatique.
La décarbonisation du secteur de l’énergie nécessite une action urgente à l’échelle mondiale, et alors qu’une transition énergétique mondiale est en cours, des mesures supplémentaires sont nécessaires pour réduire les émissions de carbone et atténuer les effets du changement climatique. Les mesures relatives aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique peuvent potentiellement permettre d’atteindre 90 % des réductions de carbone requises.

Les constats étant posés, des scénarios de transition énergétique ont été proposés afin de réduire les effets néfastes du secteur énergétique sur l’environnement, basés sur 3 piliers fondamentaux :

    • Sobriété : consiste à changer nos comportements à titre individuel et collectif, en adaptant notre consommation en fonction des impacts environnementaux. Parmi les exemples, citons le développement du télétravail, des transports en commun ou du train, la limitation des appareils énergivores dans notre quotidien, la réduction des éclairages publics ou des enseignes lumineuses, la baisse de notre consommation de viande, la fin du gaspillage alimentaire, l’amélioration du recyclage, …
    • Efficacité : consiste à réduire la quantité d’énergie nécessaire pour répondre à un même besoin, ce qui passe par l’isolation des bâtiments, l’amélioration du rendement de nos appareils, …
    • Changement de mix énergétique : point développé ci-dessous.

Pour en savoir plus sur les scénarios de sobriété et d’efficacité :

Le changement de mix énergétique

Tout d’abord, priorité est globalement donnée sur la réduction des combustibles fossiles et carbonés en faveur d’un recours aux énergies renouvelables. L’Agence Internationale de l’Energie, dans son rapport World Energy Outlook 2018, montre en ce sens l’impact des décisions actuelles sur les décennies à venir, avec deux scénarios :

  1. Scénario de nouvelles politiques (NPS) : Intègre les politiques énergétiques existantes ainsi qu’une évaluation des résultats susceptibles de découler de la mise en œuvre des intentions politiques annoncées.
  2. Scénario de développement durable (SDD) : Décrit une approche intégrée pour atteindre les objectifs convenus au niveau international sur le changement climatique, la qualité de l’air et l’accès universel à l’énergie moderne.

Voici les deux scénarios respectifs, avec à gauche l’évolution du mix énergétique, à droite l’impact sur les émissions de carbone au niveau mondial :

mix energetique

Plus d’infos : https://www.iea.org/weo/

Ces projections illustrent bien les principaux enjeux :

  • la réduction du charbon semble très impactante sur les émissions de carbone, sans conteste la priorité n°1.
  • une forte poussée des énergies renouvelables (EnR) (eolien, du solaire et hydraulique) comme réponse à la baisse du charbon
  • le nucléaire, dans tous les cas, reste secondaire dans le mix, en dépit de ses faibles émissions de carbone. On peut y lire d’une part une difficulté géopolitique à l’expansion d’une technologie sensible à l’échelle mondiale, d’autre part des réticences fortes liées aux risques d’accidents et à la gestion des déchets, notamment auprès de l’opinion publique.

De même, viser l’indépendance énergétique, de manière à ce que chaque pays puisse subvenir à ses propres besoins en énergie, grâce aux ressources dont il dispose, est également clé pour éviter de futurs conflits liés aux intérêts énergétiques. C’est également un moyen de favoriser l’emploi à l’échelle nationale, en évitant les risques de délocalisations.

Transition Energetique : Et la France dans tout ça ?

La loi d’août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a fixé un certain nombre d’objectifs à atteindre pour la France, répondant aux enjeux d’indépendance énergétique, de préservation de la santé publique, de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique :

repartition energie

  • Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990
  • Diviser par 2 la consommation énergétique d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 2012
  • Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2012
  • Augmenter la part des énergies renouvelables dans notre consommation énergétique jusqu’à une part de 32% en 2030 et à 40 % de la production d’électricité.
  • Réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % à l’horizon 2025
  • Améliorer les performances énergétiques des bâtiments
  • Lutter contre la précarité énergétique et affirmer un droit à l’accès de tous à l’énergie sans coût excessif au regard des ressources des ménages ;
  • Réduire notre production de déchets

La situation actuelle de l’énergie en France

Pour mieux comprendre ces objectifs, voici quelques données sur notre consommation énergétique et notre production d’électricité :

Pesant pour près de 50% dans notre mix d’énergie primaire, les énergies fossiles doivent passer à environ 35% d’ici 2030. Sur la production d’électricité, la part du nucléaire évoluerait de 71,6% à 50%. Les EnR ont donc un rôle majeur à jouer pour compenser ces baisses, tant sur le mix énergétique qu’électrique.

role enr

Les graphes ci-dessus nous montrent l’importance du résidentiel – c’est-à-dire nous, les ménages, dans la consommation d’électricité, ainsi que la répartition de notre consommation. A noter que les usages spécifiques (qui ne peuvent être couverts que par l’électricité) représentent plus de 50% de ce mix.

Pour en savoir plus :

📞  Appel non surtaxé au 05 54 54 66 18