Voici quelque chose à méditer lorsque vous pensez à prendre vos résolutions du Nouvel An : Il y a une chose dont vous pourriez vous priver une ou deux fois par an et qui pourrait réduire votre empreinte carbone de 10 à 20 %. Le voyage est une activité qui est de toute façon un peu fastidieuse et qui, en plus, coûte cher. Mais pour ceux qui voyagent encore, quelles solutions ?

C’est un choix que de plus en plus de personnes font, en partie parce que les voyages en avion rejettent dans l’atmosphère une grande quantité de dioxyde de carbone qui réchauffe le climat. Lorsque vous prenez l’avion, l’achat de crédits carbone pour compenser le dioxyde de carbone produit par le vol est une autre option bien que moins vertueuse et palpable.

Si la réduction de votre empreinte carbone figure sur votre liste de résolutions possibles pour la nouvelle année, voici quelques conseils :

prenez moins l'avion
Prenez moins l’avion

Prendre l’avion consomme beaucoup d’énergie, ce qui signifie libérer beaucoup de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Il n’y a pas moyen d’y échapper : créer la poussée nécessaire pour propulser un avion de plusieurs tonnes à 10 km au-dessus de la Terre, l’y maintenir pendant quelques heures et le faire redescendre en toute sécurité nécessite beaucoup de kérosène.

“C’est vraiment important. S’il y a une chose qu’une seule personne peut faire avec un maximum d’effet, c’est penser à ses vols”, a déclaré Dietrich Brockhagen, directeur exécutif d’Atmosfair, une organisation allemande à but non lucratif qui se concentre sur les émissions des vols.

La fréquence de vos vols a également son importance. L’émission moyenne de carbone par habitant pour les Amériques est d’environ 16 tonnes métriques, a déclaré Stefan Gössling, professeur d’économie à l’Université Linnaeus de Suède et co-éditeur du livre “Climate Change and Aviation : Issues, Challenges and Solutions”.

Un vol entre la côte ouest et la côte est des États-Unis produit au minimum une tonne de dioxyde de carbone. Si l’on tient compte de toutes les émissions responsables du changement climatique, un vol des États-Unis vers l’Asie ou de l’Asie vers l’Europe peut produire jusqu’à 5 tonnes métriques d’émissions d’équivalent carbone, ce qui inclut le dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, a-t-il déclaré. Pour mettre cela en perspective, 5 tonnes métriques représentent la quantité moyenne de dioxyde de carbone produite par chaque humain chaque année sur la planète.

La combustion de kérosène libère des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone dans l’atmosphère et les océans de la Terre. Les gaz à effet de serre empêchent la chaleur de s’échapper de l’atmosphère, ce qui entraîne une hausse des températures, comme dans une serre.

Environ 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviennent des voyages“, y compris les voyages en avion, les hôtels, la nourriture et les articles divers, a déclaré Arunima Malik, chercheuse à l’université de Sydney en Australie, qui étudie l’empreinte carbone du tourisme.

Selon la NASA, l’homme a augmenté la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère de la Terre de plus d’un tiers depuis le début de la révolution industrielle. Selon les scientifiques, le dioxyde de carbone supplémentaire a entraîné une hausse des températures à des niveaux qui ne peuvent être expliqués par des facteurs naturels. Au cours du XXe siècle, la température moyenne de la Terre a augmenté d’environ 2 degrés Fahrenheit, selon les données de la National Oceanic and Atmospheric Administration.

Réfléchir avant de s’envoler

reflechir avant de s'envoler

Environ 80 % des êtres humains ne mettront jamais les pieds dans un avion de leur vie, a déclaré M. Gössling. Sur les 20 % qui le feront, les Américains sont les plus gros consommateurs de miles aériens. Un tiers de l’ensemble du trafic aérien mondial a lieu aux États-Unis, a-t-il précisé.

Le transport aérien contribue chaque année à l’émission d’environ 1 gigatonne de CO2 dans l’atmosphère terrestre. Selon l’Agence internationale de l’énergie, l’homme a ajouté 32,6 gigatonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre en 2017.

Cela ne signifie pas que les gens ne devraient plus prendre l’avion du tout, mais simplement qu‘ils devraient y réfléchir, a déclaré David Doniger, directeur stratégique principal du programme sur le climat et l’énergie propre du Natural Resources Defense Council à Washington.

“Vous ne pouvez pas dire aux gens de ne pas aller chez le cousin Ralph pour Thanksgiving et de faire une vidéoconférence à la place. Cela ne suffira pas. Mais de petits choix peuvent faire de grandes différences“, a-t-il déclaré.

Le vol sans escale est le meilleur choix

vol long courrier

Les vols sans escale sont beaucoup plus efficaces sur le plan énergétique que les vols à arrêts multiples. En effet, les décollages et les ascensions nécessitent beaucoup plus d’énergie que le vol de croisière en altitude – jusqu’à 75 % de la consommation de carburant pour un vol de 350 km, a déclaré Dan Rutherford, directeur des programmes d’aviation au Conseil international pour un transport propre.

Donc, moins vous devez décoller par voyage, mieux c’est.

“La longueur optimale d’un vol est de 5000km”, a-t-il déclaré. En effet, les vols très long-courriers, le fait de partir en asie ou en amerique du sud, nécessitent que les avions transportent du carburant supplémentaire, ce qui les rend plus lourds et moins efficaces.

Eviter les petits vols

D’un point de vue scientifique, pour tout ce qui est inférieur à 950 kms, il est beaucoup plus efficace de prendre le train, le bus ou la voiture, surtout s’il y a plus d’une personne dans la voiture, a déclaré M. Gössling.

Une option consiste à prendre une seule destination de vacances plutôt que plusieurs, ou à prendre l’avion pour une destination et à rester sur place.

“Vous gagnez une relation plus intime avec la destination, donc si vous voulez vraiment apprendre à connaître les gens là-bas, restez plus longtemps. En une semaine, vous ne pouvez pas accomplir grand-chose, mais en deux semaines, vous le pouvez”, a déclaré M. Brockhagen.

Ne prenez pas de vol business

vol moins longs

La quantité d’énergie nécessaire pour faire voler un avion est répartie entre les personnes transportées. Plus il y a de personnes, plus l’avion est économe en énergie. La classe affaires et la première classe accueillent moins de personnes, elles sont donc moins efficaces.

En fonction de la taille de l’espace réservé à chaque siège, la classe affaires est généralement deux à trois fois plus énergivore que la classe économique. La première classe, en particulier lorsqu’elle comprend des lits de repos, peut consommer jusqu’à quatre fois plus d’énergie, a déclaré M. Gössling.

Et il ne suffit pas de dire que les sièges seraient là, que vous vous y asseyiez ou non, pour s’en sortir. L’achat de sièges de classe affaires encourage les compagnies aériennes à en créer davantage dans leurs avions, ce qui les rend globalement moins efficaces par passager.

“Vous encouragez les compagnies aériennes à installer davantage de sièges en classe affaires, ce qui est donc un point négatif net”, a déclaré M. Rutherford.

Transportez moins de choses

Plus vos bagages pèsent, plus l’avion doit en transporter et moins il est économe en énergie. Faites donc des bagages légers.

Envisagez la compensation des émissions de carbone

Il s’agit de programmes gérés par des organisations à but non lucratif qui vous permettent d’acheter une compensation carbone équivalente à la quantité de carbone que coûte votre vol. Par exemple, Atmosfair a mis en place un programme qui subventionne le coût des fourneaux économes en combustible vendus en Afrique, qui réduisent la quantité de bois et d’autres combustibles émetteurs de carbone que les gens doivent brûler pour cuisiner.

“Vous versez effectivement de l’argent dans quelque chose qui vise à économiser de l’énergie et à réduire les émissions ailleurs”, a déclaré Gössling.

De nombreuses compagnies aériennes américaines sont également partenaires de programmes de compensation des émissions de carbone, notamment Delta, JetBlue et United. Bien que vous deviez chercher sur leurs sites web pour trouver les informations.

Ne prenez pas de vols supersoniques

D’accord, les vols supersoniques n’existent plus depuis que le Concorde a cessé de voler en 2003. Mais plusieurs startups travaillent à leur réintroduction et l’administration Trump a soutenu cette initiative, dont la date cible est 2025.

“Mais selon nos estimations, ils consommeront cinq à sept fois plus de carburant par siège passager” que les avions à réaction ordinaires, a déclaré M. Rutherford.

📞  Appel non surtaxé au 05 54 54 66 18