Le calcul de votre empreinte carbone peut vous aider à hiérarchiser les mesures que vous pouvez prendre pour la réduire, en identifiant les plus grandes possibilités de réduction.

Cette étape explique une méthodologie couramment utilisée pour calculer l’empreinte carbone d’une personne pour chaque secteur d’émissions : logement, déplacements, alimentation, produits et services. Vous pouvez utiliser cette méthode pour calculer votre propre empreinte ou essayer un outil en ligne dédié (nous vous en parlerons en fin d’article) qui reprend les grands principes de celle-ci.

La méthode en quelques mots

La méthode de calcul utilisée tente d’appréhender le cycle de vie complet de tous les aspects de notre consommation personnelle. Nous nous concentrons sur la consommation dans chacune de nos cinq grandes catégories : logement, voyages, alimentation, produits et services. En plus de ces catégories, il faut estimer également la part des émissions nationales sur lesquelles nous avons peu de contrôle.

L’aspect le plus difficile des calculs de carbone est l’estimation du facteur d’émissions approprié à utiliser dans votre calcul. Dans la mesure du possible, vous souhaitez que ce facteur d’émissions tienne compte de la plus grande partie possible du cycle de vie concerné.

Le logement

empreinte carbone logement

Pour calculer l’empreinte de votre logement, vous devez déterminer votre part personnelle de consommation d’énergie, d’eau et d’élimination des déchets. Pour ce faire, vous devez rassembler les chiffres relatifs à la consommation annuelle d’énergie, d’eau et de déchets de votre foyer et les diviser par le nombre de personnes vivant dans votre foyer, afin d’obtenir votre part individuelle. Après avoir recueilli ces informations, vous multipliez votre consommation personnelle par un facteur d’émission (FE) pour calculer l’empreinte de votre foyer.

Les calculs se présentent comme suit :

  • Électricité : utilisation (kWh/an) * FE (kg CO2e/kWh) = émissions (kg CO2e/an)
  • Gaz naturel : utilisation (therms/an) * EF (kg CO2e/therms) = émissions (kg CO2e/an)
  • Mazout : utilisation (litres/an) * FE (kg CO2e/litre) = émissions (kg CO2e/an)
  • GPL : utilisation (litres/an) * FE (kg CO2e/litre) = émissions (kg CO2e/an)
  • Déchets : utilisation (kg/semaine) * 52 * FE (kg CO2e/kg) = émissions (kg CO2e/an)
  • Eau : consommation (litres/jour) * 365 * FE (kg CO2e/kWh) = émissions (kg CO2e/an)

Chacune des utilisations est exprimée par personne, par an. Par exemple, si votre maison consomme 3 000 kWh d’électricité par an et que vous la partagez avec deux autres personnes, votre part de la consommation d’électricité sera de 1 000 kWh.

Dans tous les calculs, vous devez vous assurer que vos données d’entrée sont dans les bonnes unités, que ce soit en termes d’unités fonctionnelles ou en termes de période de temps. L’entrée et l’intensité doivent également correspondre.

L’Électricité

energie electrique

Contrairement à d’autres sources d’énergie, l’intensité carbonique de l’électricité varie considérablement en fonction de la manière dont elle est produite et transportée. Pour la plupart d’entre nous, l’électricité que nous utilisons provient du réseau et est produite à partir d’une grande variété de sources. Bien qu’il soit difficile de calculer l’intensité de carbone de ce mélange, le gros du travail est généralement fait pour nous.

Les facteurs d’émissions directes sont largement publiés et indiquent la quantité d’émissions produites par les centrales électriques pour produire un kilowattheure moyen dans cette région du réseau. Dans de nombreux calculs d’empreinte carbone, les organisations utilisent simplement ce facteur d’émissions directes, qui donne une bonne indication de l’intensité en carbone de l’électricité que nous utilisons. En plus de ces émissions directes, il est souhaitable de tenir compte des émissions indirectes, provenant par exemple de l’exploitation minière et de la construction des centrales, ainsi que des pertes de transmission.

La prise en compte des émissions directes, des émissions indirectes et des pertes de réseau donne une image plus complète de l’empreinte totale de l’électricité que nous consommons. Il est utile d’utiliser un exemple pour expliquer : au Royaume-Uni, l’intensité moyenne en carbone de la consommation d’électricité est d’environ 0,6 kg de CO2e/kWh, dont 82 % environ proviennent directement de la combustion, 11 % des émissions indirectes et 7 % des pertes. Dans d’autres contrées ce chiffre varie selon les différentes sections du réseau dans le pays et diminue avec l’utilisation accrue du gaz de schiste.

Les Combustibles

economiser gaz

En plus de l’électricité, de nombreux foyers utilisent des combustibles pour répondre à leurs besoins énergétiques, comme le gaz naturel, le mazout, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) ou le charbon. Pour chacun de ces combustibles, nous pouvons estimer une intensité de carbone qui nous indique la quantité d’émissions générées par notre utilisation de combustibles. Là encore, nous voulons que ce facteur tienne compte à la fois des émissions directes dues à la combustion des combustibles et des émissions indirectes dues à l’extraction, au traitement et au transport du combustible.

Les émissions directes provenant de la combustion des carburants sont les mêmes partout dans le monde, car elles sont déterminées par les propriétés physiques du carburant. Les émissions indirectes provenant du reste du cycle de vie du combustible varient en fonction de la technologie utilisée pour préparer et transporter le combustible, ainsi que des distances qu’il doit parcourir. Le facteur indirect représente souvent environ 10 à 20 % du cycle de vie total et est estimé à partir de la littérature sur l’analyse du cycle de vie.

En combinant les facteurs directs et indirects, on obtient un facteur d’émissions pour le cycle de vie complet du combustible. Le gaz naturel représente environ 0,22 kg de CO2e/kWh, dont plus de 85 % proviennent directement de la combustion. Le fioul domestique représente environ 3,1 kg de CO2e/litre. Le GPL représente 1,8 kg de CO2e/litre.

Les Déchets et l’eau

dechets

Outre les sources d’énergie, les deux autres composantes de notre empreinte écologique sont l’élimination des déchets et la consommation d’eau.

Les émissions liées à l’élimination des déchets sont principalement dues au méthane produit dans les sites d’enfouissement ainsi qu’au transport. En calculant la quantité de déchets que vous produisez chaque semaine et en la multipliant par 52, vous obtenez votre production annuelle de déchets. Ce chiffre est ensuite multiplié par une intensité carbone pour obtenir votre empreinte. L’intensité varie considérablement d’un pays à l’autre en fonction de la quantité de déchets mis en décharge, incinérés et recyclés. Les intensités qui tiennent compte de ces différences peuvent être tirées de la littérature sur le cycle de vie ou estimées à partir des inventaires nationaux de gaz à effet de serre.

L’utilisation de l’eau peut également être étonnamment intensive en carbone dans certains endroits. Les émissions proviennent de deux sources principales : l’électricité utilisée pour pomper l’eau pendant son approvisionnement et le méthane et l’oxyde nitreux qui proviennent du traitement des eaux usées et des eaux d’égout. Là encore, les intensités varient considérablement d’un pays à l’autre, mais une fois que vous avez calculé votre consommation quotidienne, vous pouvez multiplier par 365 votre consommation annuelle et appliquer une intensité pour calculer votre empreinte.

Autre chose ?

Les émissions liées à la construction d’un logement sont un élément important qui ne figure pas dans ces calculs. Les émissions liées à la construction ne sont pas prises en compte dans ces calculs parce qu’il s’agit d’un domaine sur lequel la plupart d’entre nous n’ont aucun contrôle et qui est généralement comptabilisé dans les émissions du capital. Il est possible de calculer ces émissions en tant que part des émissions nationales liées à la construction ou en fonction de la surface habitable par personne, compte tenu des émissions liées à la construction et de la durée de vie moyenne, mais aucune de ces méthodes n’est très fiable.

Bien que nous n’ayons pas inclus les émissions de la construction dans notre calcul, il convient de noter que les émissions de la construction sont généralement assez importantes, allant de 30 à 80 t CO2e pour une maison familiale typique, selon la taille du bâtiment, les matériaux et l’emplacement. En raison de ces importantes émissions « intégrées », l’empreinte de la construction doit être prise en compte en même temps que les émissions de l’utilisation lors de la conception de maisons à faible émission de carbone.

Les Déplacements

deplacements

Pour calculer votre empreinte de déplacement, vous devez déterminer le nombre de déplacements que vous avez effectués au cours de l’année écoulée en utilisant divers moyens de transport. En prenant ces distances, vous pouvez les multiplier par une intensité carbone pour chaque forme de transport.

  • Véhicule : distance (km/an) /*EF (kg CO2e/km) = émissions (kg CO2e/an)
  • Bus : distance (km/an) * EF (kg CO2e/km) = émissions (kg CO2e/an)
  • Métro : distance (km/an) * EF (kg CO2e/km) = émissions (kg CO2e/an)
  • Taxi : distance (km/an) * FE (kg CO2e/km) = émissions (kg CO2e/an)
  • Train : distance (km/an) * FE (kg CO2e/km) = émissions (kg CO2e/an)
  • Avion : distance (km/an)* 1,09 * FE (kg CO2e/km) = émissions (kg CO2e/an)

Le facteur d’émissions que nous utilisons tente de prendre en compte les émissions directes dues à la combustion du carburant, les émissions indirectes dues à la production du carburant et une part des émissions liées à la construction du véhicule.

Estimer la distance que vous avez parcourue en un an est assez simple, mais trouver un facteur d’émissions précis est plus compliqué. Bien que vous puissiez utiliser la valeur d’émissions annoncée pour votre véhicule, cela ne tient pas compte de l’économie de carburant réelle de votre voiture, des émissions indirectes du carburant et des émissions liées à la construction du véhicule. Pour en tenir compte, nous devons utiliser une intensité qui inclut les émissions directes de la consommation réelle de carburant, les émissions indirectes de la production de carburant et une estimation des émissions de la construction du véhicule.

En utilisant des informations bien comprises sur le cycle de vie des carburants, nous savons que les émissions directes de la combustion de l’essence sont d’environ 2,32 kg de CO2e/litre. Les émissions indirectes sont de 0,41 kg de CO2e/litre, bien que ce chiffre varie un peu en fonction de la façon dont le pétrole est extrait et transporté. Si vous connaissez la consommation de carburant de votre véhicule, vous pouvez calculer les facteurs d’émissions directes et indirectes pour votre propre conduite. Vous pouvez calculer cette économie de carburant en suivant votre kilométrage et vos achats de carburant sur une période donnée.

En Europe, la consommation de carburant est généralement mesurée en L/100 km. Dans ce cas, nous multiplions le facteur d’émissions, 2,32 kg de CO2e/litre, par la consommation réelle et nous divisons par 100. Si votre voiture consomme en moyenne 8 L/100 km, cela donne 186 g de CO2e/km pour les émissions directes et 33 g de CO2e/km pour les émissions indirectes, sur la base du facteur d’émission de 0,41 kg de CO2e/litre.

Après avoir calculé les émissions directes et indirectes du carburant sur la base de l’économie de carburant réelle, nous devons également ajouter une estimation des émissions liées à la construction du véhicule. Pour ce faire, il faut diviser l’empreinte totale de la construction du véhicule par le nombre de kilomètres prévus pendant sa durée de vie.

Les émissions de fabrication d’une automobile se situent généralement entre 5 et 12 t CO2e, mais peuvent varier en fonction des matériaux, de la taille, des techniques de production et de la technologie du véhicule. Pour une berline, l’empreinte de la construction pourrait être de 9 tonnes, tandis que le kilométrage prévu sur la durée de vie pourrait être d’environ 150 000 kms. En divisant 9 000 par 150 000, on obtient une empreinte de construction de 37 g de CO2e/km.

En utilisant notre exemple de berline, nous pouvons rassembler nos émissions directes, indirectes et de construction. Ce chiffre est multiplié par le nombre total de kilomètres parcourus par an pour calculer l’empreinte de la conduite.

Les transports publics

metro

Une fois que vous savez combien nous avons voyagé chaque année en utilisant les différents types de transports publics, vous pouvez faire un calcul assez précis de vos émissions. En utilisant l’efficacité moyenne des véhicules et le chargement moyen, on peut calculer les facteurs d’émissions par passager-kilomètre (g CO2e/km) ou par passager-mille parcouru pour chaque forme de transport.

Ces facteurs d’émissions sont souvent publiés par les gouvernements, dont certains incluent à la fois les émissions directes et les émissions indirectes. Vous pouvez y ajouter une estimation des émissions liées à la construction par passager-kilomètre, tirée de la littérature sur le cycle de vie. Vous obtenez alors un facteur d’émissions qui comprend les émissions directes de carburant, les émissions indirectes de carburant et les émissions de construction du véhicule dans l’unité de votre choix. En raison de l’utilisation beaucoup plus importante des véhicules de transport public, les émissions de construction sont généralement beaucoup plus faibles que pour les véhicules privés.

Pour calculer vos émissions de vol, vous devez déterminer la distance que vous avez parcourue en avion pendant l’année en question. Les distances doivent être calculées selon des trajectoires orthogonales et peuvent être calculées à l’aide d’un certain nombre de calculateurs en ligne. Un facteur de majoration de 9 % est également utilisé dans le calcul pour tenir compte de la nature non directe des vols, bien que ce facteur soit susceptible d’être sous-estimé pour les vols courts et surestimé pour les vols longs.

Une fois que vous avez ces distances, vous pouvez suivre une méthode similaire en utilisant les facteurs d’émissions publiés par les agences gouvernementales. Ces facteurs d’émission varient pour les vols courts, moyens et longs courriers. Ils varient également selon que vous voyagez en classe économique, en classe affaires ou en première classe. À ces valeurs, vous pouvez à nouveau ajouter une estimation des émissions liées à la construction. Celles-ci sont calculées par passager-mille ou par passager-kilomètre.

De nombreuses organisations appliquent également un multiplicateur de forçage radiatif à leurs calculs, généralement 1,9, pour tenir compte des effets climatiques supplémentaires de l’aviation résultant de la vapeur d’eau, des traînées de condensation et des gaz NOx. L’utilisation d’un tel multiplicateur explique les résultats très différents que vous obtenez pour une même distance de vol sur de nombreux calculateurs en ligne différents.

Nous n’utilisons pas un tel multiplicateur dans nos calculs car cela serait incompatible avec les limites de l’empreinte carbone, qui omet d’autres agents de forçage comme le carbone noir, l’ozone troposphérique et les aérosols. Cela ne veut pas dire que ces autres forçages ne sont pas importants, ils le sont certainement, mais leurs effets sont beaucoup plus difficiles à quantifier de manière fiable et ne peuvent pas être assimilés facilement aux potentiels de réchauffement planétaire utilisés pour les calculs de l’empreinte carbone.

L’alimentation

impact carbone alimentation

Pour calculer votre empreinte alimentaire, vous devez estimer la quantité de nourriture que vous consommez et les émissions qui résultent de la fourniture de cette nourriture. Pour simplifier ce processus, vous pouvez estimer l’énergie alimentaire typique que vous consommez chaque jour dans différents groupes d’aliments, et baser votre calcul sur cette estimation.

Les calculs se présentent comme suit :

  • Viande rouge : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Viande blanche : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Produits laitiers : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Céréales : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Légumes : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Fruits : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Huiles : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Encas : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)
  • Boissons : consommation (kCal/jour)*365*EF (kg CO2e/kCal) = émissions (kg CO2e/an)

Pour mesurer la consommation alimentaire, vous pouvez utiliser les dépenses, le poids ou l’énergie alimentaire. L’utilisation des dépenses implique de grandes erreurs potentielles dues aux prix et la mesure des aliments en termes de poids n’est pas très pratique. Vous pouvez plutôt choisir d’utiliser la consommation énergétique alimentaire quotidienne (kCal/jour), car c’est un moyen intuitif de comprendre à la fois votre consommation et son empreinte.

Il faut commencer par diviser notre régime alimentaire en grands groupes d’aliments dont les facteurs d’émission sont largement similaires. Ces groupes sont les suivants : viande rouge, viande blanche, produits laitiers, céréales, légumes, fruits, huiles, snacks et boissons. À l’aide de ces groupes, vous pouvez estimer comment votre consommation énergétique quotidienne est généralement répartie. Cela peut demander un peu d’effort au début, mais en vous référant au total, vous pouvez déterminer si votre consommation quotidienne est raisonnable. La consommation d’énergie typique se situe entre 2 000 et 3 000 kCal/jour (souvent écrit Calories/jour).

Pour obtenir les facteurs d’émissions des aliments, nous utilisons une combinaison de la littérature IO-LCA et LCA. Nous estimons d’abord un facteur d’émissions moyen pour les émissions du berceau à la porte associées à la production d’un kilo d’aliments pour chaque groupe, en nous basant sur une moyenne pondérée des aliments individuels au sein du groupe (kg CO2e/kg). Ce chiffre est ensuite divisé par le contenu énergétique moyen (kCal/g) de chaque groupe d’aliments, tiré des statistiques gouvernementales, pour obtenir un facteur d’émissions par calorie produite (g CO2e/kCal produit).

Pour tenir compte des pertes importantes dans le système alimentaire, nous devons également tenir compte de tous les aliments supplémentaires qui sont produits et perdus au niveau de la vente au détail ou du consommateur. Les ajustements pour les pertes au niveau des détaillants (RL) et des consommateurs (CL) sont nécessaires pour tenir compte du fait que, parfois, la moitié seulement de la nourriture produite est consommée en raison de la détérioration et du gaspillage.

Pour chaque groupe d’aliment, le facteur d’émission par calorie produite (g CO2e/kCal produit) est divisé par un moins le pourcentage de perte au détail (1 – RL) et un moins le pourcentage de perte par le consommateur (1 – CL) pour tenir compte des émissions de production des aliments perdus. Le nouveau facteur d’émissions reflète maintenant les émissions par calorie consommée (g CO2e/kCal consommateur). Ce facteur d’émissions est constitué des émissions provenant des calories que nous mangeons, jetons et gâchons dans les magasins.

Pour chaque groupe d’aliments, le facteur d’émissions par calorie produite (g CO2e/kCal produit) est divisé par un moins le pourcentage de perte au détail (1 – RL) et un moins le pourcentage de perte par le consommateur (1 – CL) pour tenir compte des émissions de production des aliments perdus. Le nouveau facteur d’émissions reflète maintenant les émissions par calorie consommée (g CO2e/kCal consommateur). Ce facteur d’émissions est constitué des émissions provenant des calories que nous mangeons, jetons et gâchons dans les magasins.

La précision de ce calcul pourrait être améliorée en décomposant le régime alimentaire en aliments individuels, plutôt qu’en groupes d’aliments. Bien qu’une ventilation plus poussée ne soit pas très pratique pour calculer l’empreinte d’un régime alimentaire complet, elle est très utile pour comparer les mérites en carbone de différents aliments.

Qu’en est-il des émissions liées au stockage, à la cuisson et aux déchets ?

Les calculs ci-dessus se concentrent sur les émissions du berceau à la porte, c’est-à-dire les émissions liées à la culture, à la transformation, au conditionnement et au transport des aliments jusqu’au supermarché ou au magasin. Bien que le cycle de vie complet des aliments comprenne également le transport des aliments vers les maisons, le stockage, la préparation et les déchets, ces émissions sont déjà comptabilisées respectivement dans l’utilisation des véhicules, l’électricité, le carburant et les déchets. Pour éviter un double comptage, ces émissions ne sont pas incluses dans ce calcul.

Changement d’affectation des sols

Le changement d’affectation des sols n’est généralement pas pris en compte dans le calcul des facteurs d’émissions alimentaires, mais il est extrêmement important. La déforestation de la forêt tropicale humide domine les émissions mondiales liées au changement d’affectation des terres est largement alimentée par la production agricole en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud. Bien que les émissions liées au changement d’affectation des sols ne soient généralement pas calculées dans les empreintes de la production alimentaire, la demande mondiale d’huile de palme, de soja et de viande bovine en particulier entraîne la conversion de forêts en plantations et en pâturages.

Les produits

impact carbone shopping

La méthode que nous utilisons pour nos empreintes de produits est basée sur le montant que nous dépensons chaque mois pour de nouveaux biens. Ces dépenses sont divisées en six groupes de produits différents, à partir desquels nous estimons un facteur d’émissions qui tient compte des émissions provenant des matériaux, de la fabrication et de la distribution associés à chaque groupe de produits.

Les calculs se présentent comme suit :

  • Électricité : dépenses (€/mois) * 12 * FE (kg CO2e/€) = émissions (kg CO2e/an)
  • Ménage : dépenses (€/mois) * 12 * FE (kg CO2e/€) = émissions (kg CO2e/an)
  • Vêtements : dépenses (€/mois) * 12 * FE (kg CO2e/€) = émissions (kg CO2e/an)
  • Médical : dépense (€/mois) * 12 * FE (kg CO2e/€) = émissions (kg CO2e/yr)
    Récréatif : dépenses (€//mois) * 12 * FE (kg CO2e/€) = émissions (kg CO2e/an)
  • Autres : dépenses (€//mois) * 12 * FE (kg CO2e/€) = émissions (kg CO2e/an)

Pour calculer l’empreinte de vos produits, il faudrait idéalement additionner toutes les empreintes des produits que vous achetez. Cette opération serait effectuée sur la base des empreintes calculées à partir d’une analyse du cycle de vie (ACV) de chaque produit que vous achetez. Cependant, en raison du grand nombre d’achats que nous effectuons et du fait que les données de l’ACV ne sont pas disponibles pour chacun d’entre eux, cela n’est pas possible. Nous nous concentrons donc sur les dépenses par groupes de produits et utilisons les estimations de l’analyse du cycle de vie des entrées-sorties (IO-LCA) pour obtenir les facteurs d’émissions moyens de chaque groupe.

Tout d’abord, nous calculons les dépenses mensuelles moyennes dans chacun des six groupes de produits suivants : électricité, ménage, vêtements, médecine, loisirs et autres. Ces dépenses sont ensuite multipliées par 12 pour obtenir la consommation annuelle de chaque groupe. Chaque consommation annuelle est ensuite multipliée par un facteur d’émissions (kg CO2e/$) qui est calculé en utilisant des moyennes pondérées provenant de la littérature IO-LCA ou d’études multirégionales lorsque cela est possible.

Cette opération est effectuée pour chacun des six groupes de produits, dont la somme donne l’empreinte totale des produits. Bien que cette méthode soit le meilleur moyen de contourner le problème des nombreux produits que nous achetons, elle présente des inconvénients évidents. La nature mondiale de nombreuses chaînes d’approvisionnement signifie que les techniques d’entrée-sortie ne peuvent pas être très précises. En utilisant les prix au lieu des quantités, nous introduisons également une grande source d’erreur potentielle. De plus, en regroupant un grand nombre de produits dans chaque groupe, nous supposons qu’ils ont des intensités en carbone similaires, alors que ce n’est pas forcément le cas.

Bien qu’une grande partie de cette erreur potentielle s’équilibre dans les grands échantillons, il est préférable, dans la mesure du possible, de se concentrer sur les produits individuels que vous achetez. En travaillant à rebours, vous pouvez voir si le facteur d’émissions que vous utilisez est approprié ou s’il doit être ajusté.
Services

Le processus de calcul de l’empreinte des services est très similaire à celui utilisé pour l’empreinte des produits. En utilisant les dépenses mensuelles pour sept groupes de services différents, nous pouvons estimer l’empreinte totale.

Les calculateurs en ligne :

Une fois toute cette méthode expliquée en détails, l’estimation complète se veut être la plus réaliste possible. Aussi pour vous simplifier la vie il existe de nombreux calculateurs d’empreinte carbone en ligne dont :

Calculateurs carbone

https://myco2emission.com

https://nosgestesclimat.fr/

 

📞  Appel non surtaxé au 05 54 54 66 18